Rechercher dans ce blogue

lundi 9 juillet 2012

Les droits humains premiers, selon J. Adams, 1766


Puissions-nous mettre en application les principes suivants émis par le futur deuxième président des États-Unis d'Amérique, John Adams, en 1766 : chaque être humain a droit à l'air, à la lumière, au fait d'être nourri et habillé (on pourrait ajouter : d'être logé).
 

[The British constitution] is not built on the doctrine that a few nobles or rich commons have a right to inherit the earth, and all the blessings and pleasures of it: and that the multitude, the million, the populace, the vulgar, the mob, the herd and the rabble, as the great always delight to call them, have no rights at all, and were made only for their use, to be robbed and butchered at their pleasure. No, it stands upon this principle, that the meanest and lowest of the people, are, by the unalterable indefeasible laws of God and nature, as well entitled to the benefit of the air to breathe, light to see, food to eat, and clothes to wear, as the nobles or the king. All men are born equal: and the drift of the British constitution is to preserve as much of this equality as is compatible with the people's security against foreign invasions and domestic usurpation.


John Adams (1735-1826)
 
[La constitution britannique] n'est pas fondée sur la doctrine selon laquelle quelques nobles ou riches roturiers  auraient le droit d'hériter de la terre, et de tous ses bienfaits et plaisirs, et que la multitude, la masse, la populace, le vulgaire, la foule, le troupeau, la racaille, comme les grands aiment toujours à les nommer, n'aurait aucun droit et serait destiné uniquement à leur servir, à être dépossédé et abattu selon leur bon plaisir. Non, elle est établi sur le principe selon lequel les plus modestes et les plus humbles parmi le peuple, ont droit, de par les lois inaltérables et indéfectibles de Dieu et de la nature, au bénéfice de l'air que l'on respire, de la lumière que l'on voit, de la nourriture que l'on mange, et des vêtements que l'on porte, tout aussi bien que les nobles ou que le roi. Toutes les hommes sont nés égaux, et le sens de la constitution britannique est de préserver cette égalité autant qu'elle est compatible avec la sécurité du peuple vis-à-vis des invasions étrangères et de l'usurpation intérieure.

Référence.

John Adams, « The Earl of Claredon to Willaim Pym », n° III, Boston Gazette, 27 janvier 1766, in Charles Francis Adams, The Works of John Adams, Second President of The United States, Charles C. Little and James Brown, Boston, 1851, p. 480. La version française est le fait de l'auteur de ce blog.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire