samedi 6 octobre 2012

Les mères abusives, 2006


L'amour maternel abusif est essentiellement captatif. La mère se sert de l'enfant en dépit d'une façade en apparence désintéressée.

- Elle veut que le comportement et les sentiments de l'enfant soient conformes à ce qu'elle attend de lui, c'est-à-dire qu'il vienne :

▪ compenser ses insatisfactions affectives profondes (recours à l'enfant),
▪ réaliser un idéal manqué car le plus souvent irréalisable,
▪ ou simplement épouser ses idées toutes faites et ses préjugés sociaux.

- Elle veut la perfection en tout et des succès qui lui fassent honneur.

- Elle veut, en outre, des preuves de soumission pour être sûre de ne pas laisser échapper cet enfant qui sert ses propres desseins. Tout témoignage de personnalité, toute manifestation timide d'autonomie est une atteinte portée à son amour maternel.

- La mère abusive veut enfin des preuves d'amour pour compenser ses insatisfactions affectives.

La mère abusive est exigeante, mais elle est aussi inconsciente du caractère anormal de son amour. C'est presque toujours en toute bonne foi que la tyrannie affective maternelle entre en jeu. La mère de l'anorexique mentale, par exemple, tyrannise sa fille sous des manifestations extérieures d'affection, se déclarant prête à tous les sacrifices pour la guérir, mais refusant énergiquement une séparation pourtant indispensable, prétendant que ce serait une erreur et que les médecins qui la préconisent se trompent. Et tout aussi inconsciemment, le fille continue de refuser les aliments qui symbolisent pour elle cet apport affectif de mauvais aloi.

- C'est parmi les femmes qui n'ont pas accepté leur féminité qu'on trouve le plus grand nombre de mères tyranniques. Pour des raisons personnelles, elles n'ont pu devenir pleinement des femmes. N'ayant pu assumer leur féminité, elles ont tendance à condamner ce qu'elles ne peuvent avoir, tout en essayant de compenser cette soi-disant infériorité par des manifestations de puissance et d'autorité, si faciles à exercer auprès de leurs propres enfants.

- Un autre type assez fréquent de mère abusive est celui de la mère scrupuleuse à l'excès. Il s'agit de femmes névrosées, remplies d'anxiété, de culpabilité inconsciente, qui ne savent que faire pour bien faire, écrasées par les obligations qu'elles se créent elles-mêmes, qui s'épuisent et épuisent leur entourage à la recherche d'une perfection jamais atteinte. Ce sont les mères surprotectrices et perfectionnistes qui exigent de l'enfant ordre rigoureux, exactitude, propreté absolue, etc.

La mère possessive aime trop exclusivement son enfant et le surcharge d'une affection débordante et trop exigeante, si bien que celui-ci sera fragile et sans défense face à la vie.

- L'excès de sollicitude et de marques extérieures d'amour maternel peut aussi masquer l'indifférence ou l'agressivité, ce dont l'enfant n'est pas dupe.


Les conséquence de l'amour maternel abusif

L'amour maternel abusif est captatif. Ne pouvant se mettre à la place de son enfant, la mère ne peut pas comprendre ni satisfaire correctement ses besoins, l'aider et l'éclairer. Elle en parviendra pas à saisir les motifs de ses réactions affectives, de son comportement et agira souvent à contretemps sur le plan éducatif. La mère qui prétend bien connaître son enfant et savoir ce qu'il lui faut sait en réalité ce qui convient à elle-même. En revanche, elle ne comprend pas grand-chose à son enfant. Elle a tendance à interpréter comme des offenses dirigées contre elle les erreurs que l'enfant fait sans malice.

Une mère normale sait qu'élever son enfant, c'est lui apprendre à se passer d'elle. C'est précisément ce que redoute et refuse la mère abusive, qui s'efforce de pérenniser chez lui le bébé qui était entièrement sous son pouvoir.

L'enfant n'est pas indifférent aux sentiments affectifs réels de ses parents et y réagit de différentes façons.

- C'est tout d'abord son sentiment de culpabilité qui entre en jeu : si quelque chose ne va pas entre sa mère et lui, celle-ci ne peut en être responsable puisque, en tant que parent, elle est douée de perfection ; le coupable ne peut donc être que lui-même.

- L'immaturité affective, avec ses multiples manifestations infantiles (énurésie, encoprésie, parler bébé, suçage prolongé du pouce, caprices alimentaires, turbulences en présence de la mère) a souvent pour cause principale un amour maternel abusif.

L'avenir de ces enfants victimes d'une mère abusive dépend de leur personnalité propre. 

Beaucoup garderont toute leur vie, sous forme d'un infantilisme affectif, la marque de cette arriération affective, pour avoir été trop longtemps freinés dans leur développement par l'amour abusif de leur mère. Ils seront incapables de couper le cordon ombilical psychologique.

Référence

Marie-Noël Tardy-Ganry et Thérèse Durandeau, Les troubles de la personnalité chez l'adolescent. Comment réagir en tant que parent ?, coll. Éclairages, Studyparents, 2006, p. 88-90. Les tirets et points de mise en forme sont un ajout de l'auteur de ce blog, destiné à la meilleur compréhension du texte.

2 commentaires: