Rechercher dans ce blogue

jeudi 9 mars 2017

Communiqué de Mgr l'évêque de Tarbes et Lourdes contre les toilettes indécentes, 1924




Notre-Dame de Lourdes, 19 juin 1924,
Jeudi de la Fête-Dieu.

Depuis quelque temps déjà, S.[on] Ém.[inence] le cardinal Pompili [ou Pompilj], vicaire général de Sa Sainteté pour la Ville de Rome, a fait afficher aux portes des églises de la Ville Éternelle un très grave avertissement réprouvant l'indécence de certaines modes. Voici la traduction de ce document :

AVERTISSEMENT

La femme ne doit entrer dans la maison de Dieu que décemment vêtue d'un habit montant et la tête couverte, parce que l'immodestie des vêtements, partout et toujours répréhensible, offense tout particulièrement la sainteté des temples, interdit l'accès de la Table eucharistique et attire souvent de terribles châtiments de Dieu.

+ B.[asilio], cardinal Pompili,
vic.[aire] de Sa Sainteté pour la Ville de Rome

Sous le coup des mêmes préoccupations et pour assurer le respect dû aux églises et au Très Saint Sacrement, l'éminentissime cardinal La Fontaine, patriarche de Venise, a, de son côté, publié une ordonnance analogue, dont voici la traduction:

L'administration des sacrements
et la mode féminine

Les prêtres de notre diocèse auront remarqué que, depuis quelque temps, il s'est établi, dans le costume des femmes, une mode qui supprime les manches et augmente le décolletage.

Il convient, par suite, d'avertir les fidèles que les personnes qui oseraient venir à l'église avec des habillements de ce genre – (corsages décolletés, manches insuffisamment longues, ne descendant pas au-dessous du coude) – ne seront pas admises aux sacrements et pourront être invitées à quitter l'église.

Si donc une femme ou une jeune fille vêtue de cette façon se présentait à la sainte Table pour communier, tout prêtre devrait – sans d'ailleurs lui faire aucune observation directe – passer devant elle, sans lui donner la sainte communion.

Si le pasteur de cette personne pouvait ensuite trouver l'occasion de lui faire entendre un paternel avertissement, qu'il n'omette pas cet acte de charité.

+ P.[ietro], card.[inal] La Fontaine,
patriarche de Venise.

*

En voyant, à notre vive douleur, le débordement des abus auxquels cherchent a remédier les vénérés cardinaux Pompili et La Fontaine s'étendre de plus en plus et envahir même la cité des Apparitions, nous nous et oyons obligé à faire nôtres et à adopter comme ligne de conduite à suivre – dans tout notre diocèse, mais à Lourdes tout spécialement – les graves décisions prises et promulguées par ces deux illustres princes de l’Église.

François-Xavier Schoepfer (1843-1927), portrait par Jean Veber
En conséquence, si, dans notre diocèse de Tarbes et Lourdes, une personne contrevenant dans son costume aux susdites prescriptions venait à la sainte Table pour communier, tout prêtre – sans d'ailleurs lui adresser d'observation directe – devrait s'abstenir de lui donner la sainte communion.

En faisant ainsi écho aux défenses des éminentissimes cardinaux Pompili et La Fontaine, Nous nous inspirons aussi de l'exemple venu naguère de Notre Saint-Père le pape Pie XI lui-même, qui a formellement interdit de laisser paraître en sa présence « les dames ou les jeunes filles dont la robe ne serait pas absolument montante et les manches suffisamment longues ».

Nous croyons de plus, en ce qui concerne Lourdes, devoir ajouter que les personnes dont le costume serait contraire aux ordonnances ci-dessus reproduites doivent se considérer comme indignes d'être admises à entrer dans la Grotte miraculeuse, consacrée par les Apparitions de la Vierge immaculée.

Quant aux Enfants de Marie, même revêtues du voile blanc, et aux Noëlistes, elles ne pourront, dans tout notre diocèse, mais à Lourdes surtout, jouir du privilège d'avoir une place réservée dans les rangs des processions qu'à la condition absolue d'avoir, ainsi qu'il est de rigueur pour les audiences pontificales, au Vatican, « des corsages tout à fait montants et les bras recouverts par des manches de longueur normale ».

Ces mêmes règles Lourdes, observées par les dames et les jeunes filles qui, en qualité d'hospitalières ou d'infirmières, s'appliquent, avec un si admirable dévouement, au service des malades de nos Pèlerinages.

Nous Insistons tout particulièrement sur cette recommandation en proposant à ces dames, comme idéal de leur pieux ministère, d'unir à la pratique d'une charité au-dessus de tout éloge celle de la décence la plus délicate. Elles contribueront ainsi, et très efficacement, à faire de Lourdes, en quelque sorte, une prédication vivante, une école de la modestie, non moins que de la charité.

*

MM. les curés, aumôniers et vicaires donneront lecture aux fidèles qui sont confiés à leurs soins du présent communiqué, dont un exemplaire devra être affiché en permanence à l'entrée de chaque église et dans chaque sacristie.

+ Fr.[ançois]-Xavier [Schoepfer],
évêque de Tarbes et de Lourdes.

Référence

Mgr François-Xavier Schoepfer, « Communiqué de Mgr l'évêque de Tarbes et Lourdes contre les toilettes indécentes », dans La Croix, 45e année, n°12671, 4 juillet 1924, p. 1.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire