samedi 2 juillet 2011

Petite histoire de l'homosexualité dans l'Antiquité par le Dr Chevalier, 1893.


 L'auteur de ce texte considère l'homosexualité (ou inversion sexuelle; telle est l'expression qu'il emploie) en mauvaise part. Il tend à confondre, dans les exemples historiques et littéraires qu'il présente, l'homosexualité, l'éphébophilie et la pédophilie. Mais l'aperçu historique qu'il donne, toutes réserves faites, est très intéressant. Les ajouts entre crochets ([...]) sont le fait  de l'auteur de ce blog.
 

I. — PÉRIODE FÉTICHIQUE

Si haut qu'on remonte dans le temps, on trouve le vice contre nature. On peut l'affirmer, et d'ailleurs les récits des voyageurs modernes nous autorisent à l'établir par analogie, il a dû être très fréquent à l'origine même des peuples, à l'enfance des sociétés, alors que la profonde nuit morale qui pesait sur l'homme lui cachait les notions élémentaires du bien et du mal. Il s'est rencontré dès le commencement, comme il se rencontre de nos jours chez les peuples sauvages, dans les natures les plus incultes et les plus primitives. Partout avec les mêmes croyances, les hommes sont arrivés à des résultats identiques. En fait de vice, ils n'eurent besoin d'aucun enseignement, la contamination ne fut pas nécessaire, le principe du mal résidant en eux-mêmes.

C'est dans la Chaldée, cet antique berceau des sociétés, qu'il faut chercher les premières traces des vices et de la prostitution contre nature. La Bible et Hérodote nous ont retracé le tableau de la dépravation qui régnait en Asie Mineure. Babylone a été sans doute un foyer intense de corruption, mais il est difficile d'accepter, ainsi que le voudraient certains auteurs, qu'il ait été le seul, celui qui peu à peu ait cédé ses vices à la Phénicie, à l'île de Chypre, à l’Égypte, à la Grèce et à l'Italie.

À peine le monde commence-t-il, dit la légende biblique, que le Seigneur, irrité de la perversité des hommes, est tenté de le détruire pour l'arrêter. Le déluge renouvela la face du monde, mais la corruption reparut et les hommes ne firent que la répandre en se dispersant.

Ce fut surtout chez le peuple élu et choisi de Dieu, chez le peuple Hébreu, que le mal sévit avec intensité et dut être énergiquement réprimé par la loi. Voici, d'après la Genèse, un trait des mœurs qui régnaient au temps même du patriarche Abraham :

« Lorsque les deux anges qui lui avaient annoncé que sa femme Sarah, âgée de six-vingt ans, lui donnerait un fils, allèrent à Sodome et s'arrêtèrent dans la maison de Loth pour y passer la nuit, les habitants de la ville, avant de se coucher, environnèrent la maison, voulant abuser d'eux et appelant Loin : « Où sont ces hommes, lui dirent-ils, qui sont venus cette nuit chez toi? Fais les sortir afin que nous les connaissions. » Et Loth, sortant, leur dit : « Je vous prie, mes frères, ne leur faites point de mal ; voici, j'ai deux filles qui n'ont point encore connu d'homme : je vous les amènerai, et vous les traiterez comme il vous plaira, pourvu que vous ne fassiez point de mal à ces hommes, car ils sont venus à l'ombre de mon toit. » (Genèse, ch. XX, p. 24, etc.).

Plus tard, le lévite d'Ephraïm faillit subir le même sort de la part des habitants de Guibba ; il ne leur échappa qu'en sacrifiant sa concubine.

Le culte de Baal ou de Baal-Phégor, qui se pratiquait dans les lieux élevés, et contre lequel Moïse avec tous les autres législateurs du peuple hébreu lança de si terribles malédictions, n'était autre chose que la prostitution masculine mise sous la protection de la divinité. Les prêtres attachés aux temples étaient de beaux jeunes hommes sans barbe, qui, le corps épilé, frotté d'huiles parfumées, se prostituaient au nom du dieu des Madianiles. La Vulgate les nomme effeminati, « les efféminés », le texte hébraïque Kedeschim ou « consacrés » (Dr Colbim, voy. Acad. des Inscriptions, 29 Nov., 1880).

Le culte de Moloch, dieu des Moabites, n'était pas moins obscène.

Les passages suivants montrent mieux encore que la prostitution cynœdique était loin d'être rare chez les Hébreux :

« Posuerint puerum in prostibulo
et puellam vendiderunt pro vino ut biberent » (Joël, III, 3).

« Ils placèrent le garçon dans une maison de prostitution ;
ils vendirent la jeune fille pour du vin afin de boire.»

« Et enim ausus est sub ipsa arce gymnasium constituere
et optimos quosque ephebos in lupanaribus ponere ». (Machab., II, IV, 12).

« Car il osa construire un gymnase sous la citadelle même,
et placer dans des lupanars les adolescents les plus beaux. »

Ce fut en vain que le feu du ciel s'abattit sur Sodome, patrie de la pédérastie, sur Gomorrhe, patrie du saphisme, et les autres bourgades Zéboïm et Adama, les lois hébraïques, édictées par Moïse, à leur tour durent intervenir pour flétrir le vice et punir de mort quiconque se livrerait à des actes contre nature :

« Qui dormierit cum masculo coïtu femineo
uterque operatus est nefas,
morte moriantur : sit sanguis eorum super eos. » (Gen., XX, 13).

« Si un homme dort avec un mâle et s'unit à lui comme avec une femme,
l'un et l'autre commettent une infamie ;
qu'ils soient punis de mort et que leur sang retombe sur eux. »

« Omnis anima, quæ fecerit de abominationibus his quippiam,
peribit de medio populi sui ». (Lév, XVIII, 22, 29).

« Quiconque aura commis quelque abomination de cette nature
sera retranché du milieu du peuple. »

Les coupables étaient, en outre, menacés de maladies résultant de l'abus qu'ils faisaient d'eux-mêmes, telles que l'ulcère d'Égypte, les hémorrhoïdes, etc., témoin ce passage du Deutéronome :

« Percutiat te Dominas ulcere Œgypti,
et partem corporis, per quam stercora egeruntur,
scabie quoque et prurigine : ita ut curari ne queas. » (Deut., XVII, 28).

« Le Seigneur vous frappera de l'ulcère d'Égypte,
et la partie de votre corps qui sert à l'évacuation de vos excréments
sera affectée de gale et de démangeaisons incurables. »

Les hommes uniquement sont mis en cause dans les livres saints : Moïse n'avait pas prévu l'excès analogue chez les femmes.
Les Hébreux et les peuplades voisines n'avaient pas seuls le triste privilège du cynœdisme.
En Phénicie et à Chypre, on retrouve des prêtres pédérastes attachés aux temples sous le nom de Kaleleim.
La maladie étrange, signalée par Hérodote et Hippocrate, propre à ceux des Scythes qui pillèrent le temple d'Ascalon, maladie dans laquelle ils se revêtaient d'habits de femmes et se livraient à tous les ouvrages du sexe féminin, paraît avoir été autre chose qu'une vengeance de Vénus. Hippocrate incriminait l'équitation qui troublait la circulation dans les veines auriculaires et, par suite, dans les organes sexuels, avec lesquels ces veines étaient alors supposées en connexion intime. Hérodote assure que la maladie des Scythes se transmettait des pères aux enfants. Rappelons que Diodore de Sicile a noté l'égalité des deux sexes chez les Scythes.
La philopœdie existait chez les Celtes, suivant Aristote, chez les Germains, d'après Sextus l'Empirique et Eusèbe.
Les premiers Gaulois, de même que les peuples Osques de l'Italie, s'abandonnaient souvent, à la suite des festins, à des orgies de libertinage et de sodomie, d'après Diodore et Ausonne. Michelet nous les montre « dissolus par légèreté, se roulant à l'aveugle, au hasard, dans des plaisirs infâmes. »
Aristote prétend que le vice fut autorisé par la loi dans l'île de Crète, pour prévenir une augmentation trop considérable de la population. Athénée parle de la sodomie des Crétois, mais l'attribue aussi aux Chalcidiens de l'Eubée.
En somme, si on se demande quelles sont les causes de telles aberrations chez les peuples primitifs, on les trouve autant dans leur état de simple nature que dans leurs croyances et leurs cultes monstrueux. La pudeur est presque inconnue, et, à peu d'exceptions près, la femme est un objet mobilier, une marchandise, un objet de trafic, d'échange, de cadeau, un instrument de travail. Il est certain que beaucoup de races préhistoriques ont été anthropophages par gourmandise, mais on sait aussi que le cannibalisme a été judiciaire, légal, guerrier.
On peut admettre qu'il en a été de même de la pédérastie. En tous cas, au début des religions chtoniennes, la débauche est sanctifiée, la prostitution masculine n'est qu'une forme fréquente de la prostitution sacrée.


II. POLYTHÉISME

Il comprend les sociétés grecques et romaines.

Ce qui constitue le trait marquant de cette grande période, c'est l'influence remarquable que les doctrines philosophiques régnantes, se résolvant surtout en notions morales et pratiques, prennent sur les mœurs, dans les classes supérieures et lettrées et par contre-coup dans la masse du peuple.
Chez les Grecs et plus tard chez les Romains, nombre de philosophes enseignaient avec Zénon (362 av. J. C.) que l'amour est un dieu libre qui n'a d'autres fonctions à remplir que l'union et la concorde (Athénée, Banquet des Savants, trad. par G. de Villebrun . 1789, t. II, p. 22). Si les dieux, dans leur sagesse, ont donné à l'homme l'amour physique, c'est simplement en vue du plaisir; la joie des sens n'est pas un moyen, c'est un but, une fin ; le mariage ne doit être conseillé et pratiqué que pour prévenir l'extinction de l'espèce humaine. De plus, la femme, ainsi que le professaient Hippocrate et Aristote bien avant la misogynie des Pères de l’Église, est considérée comme l'esclave de l'homme, d'une essence inférieure; on la tient pour une sorte d'irrégularité dans la nature et on la croit incapable de comprendre l'idéal d'un attachement profond. Il en résulte qu'avec la civilisation le mal grandit et se perfectionne. L'homme méprisant la femme, la tenant dans l'éloignement, les deux sexes en arrivent à l'indifférence. La femme alors se tourne vers elle-même, si bien qu'à l'amour antiphysique des hommes entre eux s'ajoute, comme conséquence logique, l'amour non moins antinaturel des femmes entre elles : la philopœdie, aidée des doctrines philosophiques,enfante le lesbosisme.
On le voit, la théorie explique, sans les absoudre, les mœurs de l'antiquité païenne. Quoi qu'il en soit, le premier soin des Grecs et des Romains a été de faire de l'anthropomorphisme à outrance. Sacrifiant aux dieux, ils les ont, gratifiés de leurs qualités, mais aussi de leurs vices et en particulier de la pédérastie. La tradition mythologique la fait remontera Orphée et aux Thraces :

Ille etiam Thracum populis fuisse auctor amorem
In teneros transferre mares, citraque juventam
Breve ver œtatis et primas carpere flores.

[Et [ce fut] aussi lui qui initia les peuples de Thrace
à reporter leur amour sur de jeunes garçons et à cueillir, 
avant l'épanouissement de la jeunesse, 
le court printemps et la première fleur de l'âge tendre.]
OVIDE.

Ils l' introduisirent jusque dans l’Olympe : témoins Jupiter et Ganymède, Apollon et Hyacinthe. Leurs demi-dieux et leurs héros même n'y ont point échappé; par exemple, Hercule et Hylas, Achille et Patrocle. Licofrone accuse le vainqueur d'Hector d'avoir massacré sur l'autel d'Apollon le jeune Troilus qui avait refusé de céder à ses caprices.
En Grèce, le vice prit rapidement un développement excessif. Solon ne fonda ses dictérions, c'est-à-dire n'organisa et ne réglementa la prostitution féminine légale à Athènes, que pour fournir une distraction aux goûts dissolus des Athéniens. Tous les jours à Athènes et à Corinthe, les marchands d'esclaves amenaient de jeunes beaux garçons; l'habitude fit passer ce désordre dans les mœurs, l'honnêteté publique ne s'en indignait pas, la loi le tolérait.
Les écoles des philosophes se changèrent en maisons de débauche, certains d'entre eux ne craignant pas de renseigner ou vertement.
Les gymnases, suivant Plutarque, furent une des causes les plus actives de l'amourgrec.
Athénée rapporte d'après Hiéronyme le péripatéticien, qu'il était très répandu chez les jeunes gens qui se liguaient contre les tyrans, exemples : Harmodius et Aristogiton à Athènes, Cariton et Mélanipe à Agrigente, le bataillon sacré à Thèbes.
L'amitié ou les liaisons politiques l'excusaient aux yeux des Grecs, qui ne le réprouvaient que lorsque il se montrait à découvert sans autre raison que la passion. Lorsque Philippe de Macédoine, lui-même atteint de ce vice, vit sur le champ de bataille de Choronée, où la Grèce venait de perdre son indépendance, tous les soldats qui composaient la phalange sacrée de Thèbes, tués dans les rangs où ils avaient combattu :

« Je ne croirai jamais, s'écria-t-il,
que de si braves gens aient pu faire ou souffrir rien de honteux. » (Voltaire.)

Plus d'un de ces grands exemples d'amitié légués par le paganisme n'avaient d'autre raison que l'amour contre nature.
Les personnages les plus illustres de l'antiquité s'y adonnèrent, sans que l'estime de leurs contemporains leur ait manqué. Parmi eux on compte Epaminondas qui était l'amant de ses propres soldats. Après sa mort glorieuse sur le champ de bataille de Mantinée. deux jeunes guerriers, ne voulant pas lui survivre, se tuèrent sur son cadavre.
Il faut y ajouter Alcibiade [Alcibiades ineunte adulescentia, amatus est a multis, more Græcorum [Alcibiade entrant dans la jeunesse, fut aimé par beaucoup selon les mœurs grecques] .— Cornélius Nepos), Socrate qui l'aimait et dont la passion, au dire de Platon, était encouragée par Aspasie, amante des deux et de Périclès, Démosthène, Sophocle, Zenon, Aristote, Alexandre le Grand, φιλοπαις εκμανος [philopais ekmanos, aimant follement les garçons], dont le favori, Ephestion, était un autre lui-même, le roi Antigone Gonathas, s'il faut en croire Athénée; Archélaüs 1er, douzième roi de Macédoine, Alexandre, tyran de Phères, Périandre, tyran d'Ambracie, suivant Plutarque.
Le serment d'Hippocrate est une preuve de l'existence et de l'étendue du mal :

« Dans quelque maison que j'entre, ce sera pour l'utilité des malades, me préservant de tout méfait volontaire et corrupteur, et surtout de la séduction des femmes et des garçons libres ou esclaves. 

(Hippocrate, Serment, trad. de Littré, t. IV, p. 631.)

D'après Xénophon, dans la fameuse retraite des Dix-Mille, il fut permis à chaque soldat d'emmener un jeune garçon sans autre impedimenta.
Les écrits des auteurs grecs y font souvent allusion. Sophocle, Eschyle en parlent dans leurs tragédies, Aristophane s'en moque dans ses comédies, la plupart des vers d'Anacréon chantent les louanges de Bathylle ; Lucien de Samosate donne quelque part des conseils pour la séduction des jeunes garçons, et le poète Sotades chante ses amours masculines.
Carthage, dont les relations avec la Grèce étaient si suivies, fut célèbre par ses cérémonies religieuses exécrables et ses vices hors nature; les Carthaginois s'en enorgueillisaient, comme le rapporte Silvianus :

Et illi se magis virilis fortitudinis esse crederent,
qui maximi viros fœminei usus probositate fregissent.

[Et eux se croyaient être de grande force virile,
lorsque les plus grands [d’entre eux] brisaient des hommes [en leur imposant] l’infamie de les employer [comme] des femmes.

Salvien, De la providence et du juste jugement de Dieu en ce monde, liv. VII, chap. 20.]

L'amour grec devait fatalement conduire à l'amour lesbien.
Sapho, poète et philosophe, la première, inaugura, dit-on, et chanta dans ses vers ce nouveau culte à Vénus. Elle le répandit parmi les jeunes filles à Lesbos :

« Aiunt turpitudinem quæ per os agit,
fellationis opinor, vel irrumationis,
primum a Lesbiis authoribus fuisse profectam. »

(Erasme, cité par Bayle, art. Lesbos du Dict. hist.)

[« Ils disent que la turpitude qui se fait par la bouche,
je crois [celle de] la fellation ou bien [celle de] l’irrumation,
a été initiée par les Lesbiens. »]

C'est en vain qu'on a cherché à la réhabiliter : l'ode fameuse que Longin nous a conservée et que Boileau a su traduire la condamne sans retour. Elle aimait, d'après la légende, Charax, son frère, d'un amour incestueux; sa défaite et le triomphe de la courtisane égyptienne Rhodopis la conduisirent à légitimer ce nouveau vice et à en faire la conclusion d'un système philosophique. Ce serait cependant le dédain d'un jeune homme nommé Phaon qui fut la cause du saut de Leucade. Malheureusement sa doctrine ne disparut pas avec elle. Elle enseignait que chaque sexe doit se concentrer sur lui-même et s'éteindre dans un embrassement stérile; l'amour normal est une faiblesse et une honte. Elle fit école. Rien n'était plus fréquent que ce contre-amour chez les courtisanes grecques, chez les prostituées légales ou dictériades et surtout chez les prostituées libres ou aulétrides, joueuses de flûte dans les festins. Pas de réprobation éclatante de l'opinion publique, pas de châtiment des lois, pas d'anathème de la religion à redouter.
Lucien, dans ses Dialogues des Courtisanes, nous a laissé une peinture aussi vivante qu'audacieuse des mœurs de la décadence païenne. On remarque, entre autres, le dialogue . des mères proxénètes, celui de Cléonarium et de Lœna, cette dernière racontant sa nuit avec Mégilla, riche lesbienne et Démonassc de Corinthe, et celui où l'aulétride Charmide se plaint de l'abandon de Philémathium.
Les Lettres d'Alciphron (IIIe siècle av. J.-C), et en particulier la fameuse lettre de l'aulétride Mégare à l'hétaïre Bacchis, traduite par Publicola Chaussard, nous donnent des détails minutieux sur les soupers de ces tribades, festins dits callipyges, où, sous l'invocation de Vénus Péribasia, elles luttaient de beauté et de débauche.
Les concours de beauté étaient d'ailleurs fort en honneur chez les Grecs; s'il y en avait pour les femmes à Lesbos et à Ténédes, il en -existait aussi pour les hommes chez les Eléens et M. de Paw, dans ses Recherches philosophiques prétend que l'amour des Grecs entre eux tenait à leur beauté qui, en Grèce et surtout à Athènes, était plutôt le partage des jeunes hommes que des jeunes femmes.
De même pour les exercices corporels, les courses, les concours de force et d'agilité, les jeux et les combats. Dans les stades, tous les sports athlétiques étaient suivis avec enthousiasme par un peuple épris de la vigueur et de la pureté des formes. Les jeunes gens s'exposaient à moitié nus aux regards du public et on sait avec quels soins, bains et frictions, les anciens entretenaient l'état de la peau. Dans la foule, à propos de ces exhibitions, on se livrait à des commentaires, à des comparaisons, à des discussions d'art, d'où une direction toute spéciale des sentiments esthétiques dans la masse comme chez les artistes, ainsi qu'en témoigne la statuaire antique. Admirateurs passionnés de la beauté physique, les Grecs la comprenaient sous toutes ses formes, admettaient même la beauté hermaphrodite. De là au vice il n'y a pas loin, et le rhéteur Plutarque donne par hasard une note de fine observation en faisant de l'amour grec un fils direct du gymnase.
Autre remarque qui a bien son importance, Cœlius Aurelianus affirme que, dans son livre sur la nature, Parménide croyait l'amour grec héréditaire.
Quoiqu'il en soit, voici en quels termes Saint-Paul, dans son Épître aux Romains, flétrit les mœurs des Grecs et des Romains :

« Propterea tradidit illos Deus in passiones ignominiæ :
nam feminæ eorum immutaverunt naturalem usum
in eum usum qui est contra naturam.
Similiter autem et masculi, relicto naturali usu feminæ,
exarsuerunt in desideriis suis invicem, masculi in masculos turpitudinem operantes,
et mercedem, quam oportuit, erroris sui in semetipsis recipientes. » 

(Paul, Ad. Rom. ch. I, verset 26 et 27).

« C'est pourquoi Dieu les a livrés aux passions de l'ignominie;
car les femmes parmi eux ont changé l'usage naturel
en un autre qui est contre nature.
De même aussi les hommes, ayant délaissé l'usage de la femme,
se sont embrasés de désirs mutuels, les mâles commettant l'infamie entre eux,
et recevant en eux-mêmes la récompense due à leur égarement. »

En Italie, la corruption prit, en effet, un accroissement encore plus grand. La tradition attribue aux Faunes du Latium l'invention des passions contre nature, mais leur extension est due surtout à l'étranger. Le monde asiatique et le monde grec vaincus, comme on l'a dit très justement, se vengèrent du peuple romain, vainqueur et conquérant, en lui cédant leurs vices. Ils ne furent jamais plus répandus qu'aux meilleurs moments de la civilisation latine.
Les historiens, les poètes, les satiriques, ont accumulé les preuves. Virgile, Horace, Tibulle, Cicéron, Catulle, Martial, Juvénal, Tite-Live, Tacite, Suétone, Térence, Plaute, Properce, Pétrone, tour à tour, chantent, décrivent, stigmatisent le vice. Les cris d'amour, les aveux, les désirs formulés se mêlent aux cris d'indignation, aux traits d'observation, aux documents. Les Épithalames de Catulle, les Épigrammes de Martial, le Satiricon de Pétrone, les Satires de Juvénal, sont surtout remarquables par la quantité des renseignements précieux qu'ils nous fournissent. À part le dernier peut-être, si grande que soit leur prétention de moraliser, ces divers auteurs nous représentent la littérature pornographique à Rome. Devant la complaisance qu'ils mettent à faire des peintures brillantes, des tableaux saisissants de la dépravation de leurs contemporains, on ne peut s'empêcher de suspecter leur colère, et l'on a peine à croire que leur seul but ait été de venger la morale et régénérer les mœurs. Ils ne s'inquiètent ni de l'origine du mal, ni de ses causes, ni de sa nature: ils ne voient en lui que ses manifestations obscènes. Mais si l'indignation est factice, l'analyse nulle, la description est abondante. Le Satyricon particulièrement est un roman monstrueux: l'orgie sans cesse y succède à l'orgie, sanglante et terrible. Le « divin marquis » a eu dans Pétrone un précurseur digne de lui.

Les passages abondent.

Témoins l'épisode de Nisus et Euryale et le cri sublime ;

Me, me adsum qui feci.
[C'est moi, moi qui suis là, [et] qui l'ai fait !]

(Virgile, En., IX).
Et les suivants :

Formosum pastor Corydon ardebat Alexim,
Delicias domini, nec quid speraret habebat.

(Virg., Egl. II.)
 [Le berger Corydon brûlait pour le bel Alexis,
les délices de son maître, et il n'avait pas ce qu'il espérait.] 



Tument tibi quum inguina, num, si
Ancilla aut verna est prœsto puer impetus in quem
Continuo fiat, malis tintigine rumpi ?
Non ego; namque parabilem amo Venerem facilemque.

(Hor., Sat.,1, 2, 116).
[Lorsque tes parties génitales gonflent, s'il
y a à disposition une esclave du printemps ou un petit esclave,
aimes-tu mieux que tes muscles se rompent que d'en profiter ?
Non pas moi; j'aime une Vénus facile et toute prête.]



Intrasti quoties inscriptæ limina cellæ
Seu puer arrisit, sive puella tibi.
(Mart., XI, 46.)

[Quand, sur la foi de l'écriteau, tu as franchi le seuil de la logette
où t'ont aguiché le garçon ou la fille. ]



Tamquam parva foret sexus injuria nostri,
Fœdandos populo prostituisse mares
Jam cunæ lenonis erant, ut ab ubere raptus
Sordida vagitu posceret cera puer
Immatura dabant infandas corpora pœnas.

(Mart., IX, 9).
[Comme si ce n'eût été qu'une légère offense pour notre sexe
de livrer nos enfants mâles à la prostitution,
le berceau déjà appartenait à l'entremetteur et l'enfant, arraché du sein maternel,
semblait réclamer par ses vagissements un honteux salaire.
Des corps à peine formés subissaient des peines indicibles.]



Notum est, cur solo tabulas impleverit Hister
Liberto, dederit vivus cur multa puellæ.
Dives erit, magno quæ dormit tertia lecto.
(Juv., II, 58).
On sait pourquoi Hister légua tous ses
biens à son affranchi, pourquoi le même Hister
fit tant de donations à sa femme restée vierge.
Elle sera riche la femme qui laisse entrer un
tiers dans le lit conjugal.



[aut si de multis nullus placet exitus] illud
Nonne putas melius,quod tecum pusio dormit,
Pusio, qui noctu non litigat, exigit a te
Nulla jacens illic munuscula nec queritur quod
Et lateri parcas, nec, quantum jussit, anheles ?

[ Que si aucune de ces solutions ne t'agrée,
est-ce qu'il ne vaudrait pas mieux faire dormir avec toi un jeune garçon ?
Un jeune garçon qui ne soulèverait pas de querelles dans la nuit ; qui ne profiterait pas
de la situation pour exiger de petits cadeaux, qui ne te reprocherait pas
de ménager tes flancs et de ne pas t'essouffler à sa volonté.]

(Juv., VI, 34).


En lisant les auteurs latins on en arrive à se convaincre qu'à Rome la prostitution masculine était presque aussi générale et aussi ardente que la prostitution féminine.
Les pœdicones ou pédérastes étaient très nombreux, dans toutes les classes. Leurs victimes étaient des enfants d'esclaves, des esclaves, des affranchis, des étrangers.
Ces prostitués mâles avaient un grand nombre de dénominations :

- Pædico, pædicator. — Pédérastes.

Bithynia quidquid et pædicator Cæsaris
Unquam habuit ...

(Licin. Calv., in Suet., J. Cæsar, 49).

Tout ce que posséda jamais la Bithynie et
l'heureux amant de César.

(Nicomède, voy. p. 42).


Pædicabo vos irrumabo
Aureli pathice et cinæde Furi.
(Cal., XVI).
[Je vous sodomiserai et je vous la ferai sucer,
Aurélius le passif et Furius le cynède.]


- Meritorii pueri. — Enfants de louage.

Pueri ingenui cum meritoriis versabantur.
(Cic, Phil., II, 14).

[des enfants nés de parents libres étaient confondus avec des gitons à gages]


- Cinædi. — Cinédes.

Et habet tristis quoque turba cinædos.

(Mart., VII, 58, 9).
Même dans l'assemblée la plus austère, il y a des cinèdes.


On les nommait encore pathici (patients), ephebi (adolescents), jemelli (jumeaux), catamiti (chattemites), amasii (amants), spado, frater. pusio, concubinus, fellatores, etc.
Ils avaient une tenue spéciale, qui les faisait facilement reconnaître: ils étaient sans barbe et sans poils, la peau frottée d'huiles parfumées, avec des cheveux longs, soigneusement bouclés, l'air effronté, le regard oblique, le geste lascif et provocateur, la démarche composée. Ils portaient des vêtements de couleur voyante, surtout de couleur verte, d'où leur nom de galbanati.
Un grand nombre de ces malheureux étaient dès leur jeune âge destinés à la prostitution par les mutilations qu'on leur faisait subir. On changeait ainsi leur sexe. Il y avait trois sortes d'eunuques : les castrati qui n'avaient rien gardé de leur sexe; les spadones, qui n'en avaient que le signe impuissant ; les thlibiæ ou thadiai dont les testicules étaient atrophiés par le bistournage. Ce fut Domitien qui, par une loi, eut l'honneur d'interdire ces mutilations et cette prostitution : ce fut Martial qui l'en félicita.
Ces gitons, ces hommes publics se reconnaissaient entre eux, dans la rue, à l'aide de signes obscènes, au moyen du signum infame, qui consistait dans l'érection du doigt du milieu, ce qui lui valut l'épithète de doigt infâme; aussi un homme libre ne l'ornait-il jamais d'une bague.

Nec umquam verbis pepercit infamiam,
quum digitis infamiam ostentaret. 
 
(Lampridius, Vie d'Héliogabale.)

[et jamais il ne s’abstint en paroles de l’infamie,
allant jusqu'à représenter l’infamie avec ses doigts]


Ils habitaient une rue spéciale, la rue des Toscans, vicus tuscus :

In tusco vico, ibi sunt homines qui ipsi sese
venditant.

(Plante, Curcul, 490).
Les hommes qui font métier de leur corps
habitent la rue des Toscans.

Les barbiers ont toujours été des courtiers d'amour. Dans l'ancienne Rome, leurs boutiques étaient souvent des maisons de prostitution masculine :

Quorum frequenti opera non in tondenda
barba, pilisque vellendis modo, aut barba
rasitenda, sed vero et pygiacis sacris cinædica,
ne nefarie dicam, de nocte administrandis utebantur  

(Commentaires de Douza sur Pétrone)
 
[Le travail de ceux qui étaient là nombreux n’était pas d’enlever
la barbe, en l’épilant, ou de la
raser, mais en vérité les cinédes étaient fréquentés pour que,
durant la nuit, ils s’occupassent des mystères pygiaques, pour ne pas [le] dire plus abominablement.]

[pygiacus vient du grec πυγή, pugè, « fesse » et « derrière » au pluriel.]

Comme de nos jours, cette prostitution avait deux formes :

L'une active :

Si pascitur inguine venter.
(Juv., IX, 136).
[quand mon ventre est nourri par mes parties génitales.]



[Adsint cum tabula pueri :]numera sestertia quinque
omnibus in rebus. Numerentur deinde labores:
An facile et pronum est agere intra viscera penem
Legitimum, atque illic hæsternæ occurere cænæ.
(Juv., IX, 41.)

[Que viennent les esclaves avec la table [à compter] ! : compte cinq mille sesterces
en tout et pour tout. Ensuite que tes peines soient comptées.
Tu crois peut-être facile et aisé de pousser dans les entrailles un pénis
dans les normes, et d'aller ainsi au devant du dîner de la veille ?]
  


Infelix venter spectat convivia culi.
Et semper miser hic esurit, ille vorat.
(Mart., 2, 51.)
[Ton ventre infortuné regarde les festins de ton cul
et ce malheureux a toujours faim alors que le cul, [lui] dévore.


L'autre passive :

Nunquam pathicus tibi deerit amicus.
Stantibus et salvis his collibus.
(Juv., IX, 130).
[un ami passif jamais ne te manquera,
tant que seront debout et sauves les [sept] Collines]

(Voyez aussi Juv., II, 9, 21; VI, 34.)



Quum patiens esse nolet, tamen agens foret. 

(Pétron., Satyric., 8.)
 [puisqu'il ne voulait pas être passif, il percerait activement]


A côté des prostitués libres, il y avait les nombreux esclaves que le maître entretenait dans sa maison :

Quem tanquam puellam conduxit etiam qui
virum putavit.
(Pétron., Satyric., 81.)
Sachant bien que c'était un garçon, il
l'acheta comme fille.



Ad delicias femina ipse mei domini annos
quatuordecim fui;nec turpe est, quod dominas
jubet.
(Pétron., Satyric., 75.)
Délices de mon maître, je lui ai servi de
femme pendant quatorze ans; rien n'est
honteux de ce qu'un maître exige.


Les familles patriciennes avaient coutume de donner à leurs fils, à partir du jour de leur puberté, un jeune esclave qui partageait leur lit et qui était destiné à satisfaire leurs premiers élans voluptueux. (Voy. Épithalame de Julie et de Mallius de Catulle.)
Les jeunes esclaves qui avaient cette destination, portaient des cheveux flottants.

Pueri capillati.
(Pétron., Satyric., 27.)
Enfants chevelus.



Quum adhuc capillatus essem, nam a puere
vitam chiam gessi.
(Pétron., Satyric., 63.)
Lorsque j'étais encore chevelu, car dès
mon enfance j'ai mené une vie voluptueuse.


Apulée appelle cet esclave : internuculus.
Aussi, le jour de son mariage, le jeune romain, voulant indiquer par là qu'il serait fidèle à son épouse, faisait couper les cheveux à tous ses esclaves.
La loi romaine, en effet, ne permettait cette prostitution que chez les esclaves, les affranchis, les étrangers. Les hommes libres, ingenui, ne pouvaient s'y soumettre. Les premiers se vendaient à leur gré, les seconds achetaient. La loi n'intervenait qu'entre hommes libres. Un attentat fait à la liberté d'un citoyen, un outrage fait au caractère et à la personne d'un ingénu était puni de mort.
Lætorius Mugus, tribun militaire, fut puni, ayant été surpris avec un des corniculaires ou brigadiers de sa légion. Ce ne fut que vers la seconde guerre punique, qu'une loi contre les pédérastes fut promulguée par le Sénat, à propos d'un certain Caïus Scantinius, accusé d'attentat sur le fils du patricien G. Metellus.
Ce fut la loi Scantinia ou Scatinia. Mais elle ne visait que les attentats sur un homme libre.

Quosdam ex utroque ordine lege scatiniæ
condemnavit.
(Suet., Domit., 8.)
Il condamna selon la loi Scatinia quelques
personnages des deux ordres.



......... Semivir ipse
Scantiniam metuens.
(Auson., Epig., 89.)
Il n'est homme qu'à demi et craint la loi Scantinia.

Mais si la loi des hommes était incomplète, la nature, par les maladies qui résultaient de ces rapports contre nature, se chargeait de la compléter et de venger la morale outragée.
Bien que les auteurs anciens aient, en quelque sorte, cherché à cacher ces affections honteuses, quelques, passages de Celse, de Juvénal, de Martial et d'Ausone, nous permettent de croire qu'elles étaient fréquentes dans la société romaine. Ils nous décrivent les hémorroïdes, les fissures, les fics, les marisques, les chies, les clazomènes, la chute du rectum, toutes affections comprises dans le terme générique de morbus indecens [maladie inconvenante].

Podice levi cæduntur humidæ, medico ridente, mariscæ.
(Juv. Sat.)

De ton podex [anus] épilé, le médecin détache, en riant, des tubercules chancreux.

Martial est allé plus loin : il en fait le sujet d'une de ses épigrammes, intitulée De familia ficosa.
Si à Rome, le vice était commun entre hommes, les femmes n'étaient pas en reste de débauches entre elles ; l’amour lesbien y comptait de nombreuses initiées. Tite-Live, Juvénal en des pages étincelantes, Ovide, Martial, nous ont retracé le tableau de ces débauches féminines dans les Saturnales, dans les fêtes de la Bonne Déesse, célébrées en secret par les femmes, dans les bains publics, dans les commessationes ou festins de nuit.

Nec vaccam vaccæ nec equas amor urit equarum.
Urit oves aries, sequitur sua femina cervum.
Sic et avescoeunt; interque animalia cuncta,
Femina femineo correpta cupidine nulla est.

(Ovide, Métam., IX, 730.)

La génisse ne s'énamoure pas de la génisse, ni la jument de la jument.
Le bélier, le cerf sont épris de leurs femelles,
et c'est ainsi que les oiseaux s'accouplent ; parmi les êtres animés,
aucune femelle n'est saisie d'amour pour la femelle.

Cœlius, Martial, les appellent tribades ; Plaute, subigatrices ; Arnobe, frictices.

Inque vices equitant,ac luna teste moventur.
(Juv., VI, 512.)
 
[Elles se chevauchent l'une l'autre et se pâment sous les regards de la lune.]


Martial surtout y revient avec une insistance particulière; son épigramme sur Philénis, sorte de; virago lesbienne, est restée fameuse :

Pædicat pueros tribas Philænis,
Et tintigine sævior mariti
Undenas vorat in die puellas...

Post hæc omnia, cum libidinatur
Non fellat (putat hoc parum virile)
Sed plane medias vorat puellas...

Ipsarum tribadum tribus, Philæni,
Recte quam futuis, vocas amicam

(Martial, VII, 70.)
[ La tribade Philénis sodomise des garçons,
et, de sa langue, plus furieuse [encore] qu'un mari,
en un seul jour, elle dévore onze jeunes filles...

Puis enfin, lorsqu'elle se livre à la débauche,
elle ne suce pas (elle n’estime pas cela assez viril
mais elle dévore complètement les sexes des jeunes filles...

Tribade des tribades, Philénis,
celle avec laquelle tu couches [si] bien, tu l’appelles amie.]



Inter se geminos audes committere cunnos
Mentiturque virum prodigiosa Venus
Commenta es dignum Thæbano enigmate monstrum
Hic ubi vir non est, ut sit adulterim.

(Martial, 1,91.)
Joindre ensemble oses-tu deux femmes sein à sein
Où Vénus ambiguë, un homme représente ;
Un monstre formé as de l'énigme thébain digne,
Où mâle n'estant, d'adultère on attente.

(Trad. par J. Duval, Traité des Hermaphrodites, 1612.)

[Tu oses unir deux sexes jumeaux
et la merveilleuse maîtresse imite le mâle.
Tu as imaginé une chose prodigieuse digne de l’énigme de Thèbes
[que] là où il n’ y a pas de mâle, il y ait un adultère.]


En somme, les fellatores et les cunnilingui des deux sexes étaient si nombreux que Juvénal s'écriait : « O nobles descendants de la Déesse Vénus, vous ne trouverez bientôt plus de lèvres assez chastes pour lui adresser vos prières. »
Après la description des mœurs, passons aux cas individuels. Ils fourmillent. Ceux-là mêmes qui parlèrent du vice ou le flétrirent n'en furent pas exempts, témoins Virgile qui immortalise sous le nom d'Alexis son amour pour le jeune Alexandre, Horace qui chante ses nombreux amants, Gygès, Lyciscus,

Désormais, c'est Lyciscus qui m'enchaîne,
Lyciscus qui se glorifie de vaincre toute
femme en douceur.

(Horace, Ode à Pectius.)

et dont le dernier amour fut pour le beau Ligurinus,témoin Martial, qui pour s'excuser auprès de son épouse, Clodia Marcella, osa lui adresser ses vers :

Pædicare negas : dabat hoc Cornelia Graccho
Julia Pompeïo; Porcia, Brute, tibi !
Dulcia Dardanio nondum miscente ministro
Pocula, Juno fuit pro Ganymede Jovi.
(Martial, In Uxor, XI, 82.)

[Tu refuses d'être sodomisée : Cornélie donnait cela à Gracchus,
Julie à Pompée, Porcia à toi, Brutus !
Alors que le [prince] Troyen ne se mêlait pas encore d’être le serviteur des agréables
coupes de Jupiter, Junon l’était à la place de Ganymède.]


Les exemples les plus remarquables sont ceux que les historiens, en particulier Suétone et Tacite, nous rapportent des empereurs romains. Maîtres absolus des hommes et des choses, mais esclaves de leurs passions, ils épuisèrent toutes les formes du vice et se prostituèrent publiquement à des eunuques, à des affranchis, à des esclaves.

Jules César — un épileptique — ouvre la série.

Pudicitiæ ejus famam nihil quidem præter Nicomedis contubernium læsit, gravi tamen et perenni opprobrio, et ad omnium concilia exposito... Prætereo actiones Dolabellæ et Curionis patris : in quibus eum Delabella pellicem reginæ spondam interiorem regiæ lectice ; ac Curio, stabulum Nicomedis, et Bithycum fornicem dicunt... Gallico denique triumpho milites ejus, inter cætera carmina qualia currum prosequentes joculariter canunt, etiam vulgatissimum illud pronuntiaverunt :

Gallias Cæsar subegit, Nicomedes Cæsarem,
Ecce Cæsar nunc triomphat qui subegit Gallias
Nicomedes non triumphat, qui subegit Cæsarem.

(Suétone, J. Cæsar, 49.)

Rien ne flétrit jamais ses mœurs, si ce n'est sa cohabitation avec Nicomède, tâche odieuse et ineffaçable, objet des sarcasmes universels... Je passe les réquisitoires de Dolabella et de Curion le père, où Dolabella l'appelait la rivale de la reine, la garniture de ruelle de la litière du roi, et Curion le boudoir secret de Nicomède, la garce de Bithynie... Enfin, à son triomphe des Gaules, ses soldats, entre autres plaisanteries dont ils avaient coutume d'accompagner la marche du vainqueur,le poursuivaient de ces vers si connus :

César a soumis les Gaules, Nicomède a soumis César.
Voilà César qui triomphe pour avoir soumis les Gaules.
Nicomède ne triomphe pas, lui qui a soumis César.

Curion le père l'a jugé et flétri d'un mot :

Omnium virorum mulierem et omnium mulierum virum.

La femme de tous les maris et le mari de toutes les femmes.

Auguste fut accusé par Marc-Antoine d'avoir acheté au prix de son déshonneur l'adoption de César, son oncle : « adoptionem avunculi stupro meritum. [adoption d’un oncle mérité par le déshonneur] ». Le peuple romain songe à lui quand on récite sur la scène ce vers célèbre :

Videsne ut Cinædus orbem digito temperet.

[Voyez ce cynède gouverner l'univers avec le doigt.]

Tibère récompensa par des fonctions publiques ceux qui eurent pour lui les dernières complaisances, Pomponius Flaccus, S. Pison, Vitellius ; il prenait les enfants dès l'âge le plus tendre « necdum tamen lacte depulsos [quoique non sevrés] » pour les faire servir à ses plaisirs à Caprée. Il mêlait le meurtre à la débauche.
Caligula étala ses amours infâmes avec Lépidus, le pantomime Mnester et quelques jeunes étrangers reçus en otage, avec lesquels il eut des rapports réciproques « commercio mutui stupri [commerce de déshonneur réciproque] ». Il abusa brutalement de V. Catullus, jeune homme de famille consulaire. Voici ce qu'en dit Ausone :

Tres uno in lecto : stuprum duo perpetiuntur.
Et duo committunt : quatuor esse reor.
Falleris, extremis da singula crimina, et illum
Bis numeres medium qui facit, et patitur.

[[Ils sont] trois dans un lit : deux subissent le déshonneur
et deux le commettent : je compte qu’il sont quatre ?
Tu te trompes : compte pour un seul les coupables des [deux] extrémités,
compte pour deux celui du milieu, qui est [à la fois] actif et passif .]

Néron, épousa solennellement Sporus après avoir essayé de changer son sexe en le mutilant « ex sectis testibus etiam in muliebrem transfigurare conatus [[ayant] essayé de le transformer en femme en [lui] coupant même les testicules] ». Après avoir fait lier à un poteau des personnes des deux sexes entièrement nues, il se ruait sur elles et assouvissait sa passion ; puis, les sens fatigués, il s'abandonnait à son affranchi Doryphore.

« Virorum ac feminarum ad stipitem deligatorum inguina invadebat, et quum affatim desævissent conficeretur a Doryphoro liberto. »

[« Il s’élançait sur les parties sexuelles d’hommes et de femmes attachés à des poteaux. et, quand il avait assouvi sa férocité, il s'abandonnait à son affranchi Doryphore. »]

Il épousa ensuite un pantomime et un eunuque, le premier comme homme, le second comme femme.
Pétrone Arbiter était l'organisateur et le digne compagnon de ses orgies.
Galba et Othon furent de même atteints de vices contre nature.
Vitellius, après avoir servi aux plaisirs de Tibère à Caprée, eut un commerce honteux avec son affranchi Asiaticus.
Titus, dans sa jeunesse, s'entourait d'un troupeau d'eunuques et de gitons « exoletorum et spadonum greges ».
Domitien, Nerva, Trajan, Adrien qui aima éperdument un jeune homme de Bithynie nommé Antinous, imitèrent leurs prédécesseurs.
Commode,à la cruauté, joignait les vices les plus honteux. Il eut un affranchi, Anterus, pour amant. Il entretenait dans son palais trois cents concubines et trois cents cynèdes.
Héliogabale les surpassa tous. Proclamé empereur « il entre dans la ville éternelle, vêtu d'une robe de soie traînante, le visage fardé, les sourcils peints, semblable à une idole... Il s'habille en femme, prend le nom d'impératrice, confère les dignités de l’État à ses nombreux amants recrutés du cirque, de l'armée, de la marine, de tous les lupanars pour leurs facultés priapiques..., etc. » (Moreau, de Tours, Psych. morbide). Lampride rapporte qu'il aima l'eunuque Hyérocle au point de baiser avec respect ses parties sexuelles :

« ut eidem inguina oscularetur, [...] floralia sacra se asserens celebrare ».

[« il lui baisait les parties génitales soutenant qu'il célébrait ainsi les mystères de Flore. »]

Le même auteur le dépeint en une seule ligne :

« quis enim ferri possit principem, per cuncta cava corporis libidinem recipientem ? »

[« qui pouvait, en effet, supporter un prince qui prêtait à la luxure toutes les cavités de son corps ? »]

Les soldats qui en délivrèrent Rome, après l'avoir tué, l'empalèrent, lui et ses complices, « afin, disaient-ils, que leur mort ressemblât à leur vie » : « ut mors esset vitæ consentiens » .

En reprenant une à une chacune de ces personnalités et en les examinant à un autre point de vue, on trouve à la souche un épileptique. César; puis des hommes cruels et sanguinaires à l'excès comme Tibère, Néron et Commode : d'autres bizarres, mystiques, superstitieux ou faibles d'esprit comme Nerva et Galba, des gloutons et des alcooliques comme Vitellius, des déséquilibrés comme Adrien, des aliénés comme Héliogabale, des fous furieux comme Caligula, et à côté de tous ces types excessifs, un homme de goût, Octave, un génie, César. La dégénérescence est manifeste; rien ne manque au tableau de la famille névropathique. L'hérédité et la consanguinité ont préparé le terrain, l'excès de puissance, l'entourage, les circonstances ont fait le reste.
De cette revue, il ressort que les principales causes de la dépravation des mœurs dans l'antiquité païenne furent les opinions en philosophie et en morale et l'autorité absolue du maître sur l'esclave. Le vice revêt cependant une forme différente chez les Grecs et chez les Romains. Les premiers, au génie artistique si développé, mettent leurs sens au service de la religion et de l'art, les autres, pratiques et despotes, asservissent la religion et la politique à leurs passions. Ce qui, ici, est relevé par un soi-disant culte de la beauté et de l'idéal, n'est là que grossièreté et brutalité. Une certaine décence caractérise les uns, l'impudeur les autres. Il faut de plus incriminer à Rome, la vie des camps, loin des femmes et de la civilisation, l'excès de richesses et surtout l'invasion de tout un peuple d'étrangers passés maîtres en fait de corruption.

Dr Julien Chevalier, L'inversion sexuelle : psycho-physiologie, sociologie, tératologie, aliénation mentale, psychologie morbide, anthropologie, médecine judiciaire, A. Storck, Lyon ; G. Masson, Paris, 1893, p.67-106.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire